E Unoto Retreat, Safari matinal

 

Un an, voilà déjà un an que j’en parle mais cette fois ça y est, les vacances de Toussaint sont là et avec elles, notre grand départ vers la Tanzanie.

Mercredi 25 octobre 2006 : dans la famille MB je demande le père, Jérôme, la mère, Geneviève (c’est moi), la fille, Flora et le fils, Alix, départ immédiat de Lyon St Exupéry pour Arusha, via Amsterdam.

Aéroport Lyon Saint Exupéry...

Après une journée passée dans l’avion,

nous arrivons le soir à Kilimandjaro Airport où nous attend notre guide pour la première partie du séjour, le jeune Boniface,qui nous emmène directement à l’Oasis Lodge à Arusha.

Boniface

 

Les photographies reproduites sur ce site sont la propriété exclusive de leurs auteurs. La reproduction par n’importe quels moyens que ce soit sans l’accord de l’auteur est illicite !

Photo un peu agrandie Superbe, mais exige une connexion rapide (ADSL)

 

Oasis Lodge...

Oasis Lodge...

Oasis Lodge...

Le lendemain, départ pour Tarangire, et là, nous découvrons enfin nos premiers gnous, buffles, éléphants , autruches, babouins…Au début, nous sommes tellement émerveillés que nous les prenons tous en photo, même s’ils sont loin, puis nous apprendrons petit à petit à sélectionner nos prises de vue et à profiter simplement du décor qui s’offre à nous.
 

Parc de Tarangire

Parc de Tarangire

Parc de Tarangire

Parc de Tarangire

Pique-nique sous l’œil attentif des babouins…

Babouins dans le parc du Tarangire...
 

…qui n’attendent qu’un moment d’inattention de la part
des guides pour nous chiper de la nourriture.

Babouin dans le parc du Tarangire...

 

Depuis l’aire de pique-nique, superbe vue sur la rivière, où se rassemblent des troupeaux entiers de zèbres et d’éléphants.

Aire de pique-nique

avec vue sur les zèbres, éléphants...

Nous rejoignons ensuite le Sopa Lodge pour une petite sieste au bord de la piscine, avant de repartir en fin d’après-midi pour un autre safari.

le Sopa Lodge...

Le parc du Tarangire c’est…

Vue magnifique...

très grand et bien que nous n’en visitons qu’une petite partie au nord, nous verrons quand même de beaux spécimens d’éléphants

Des gnous, buffles, girafes, zèbres, autruches, impalas, cobes à croissant, dik-diks…

…babouins olive, vervets, phacochères, élans, mangoustes, gazelles de Thomson, damans, cigognes, hérons, pintades, aigle pêcheur…

Seuls les lions nous bouderont.

mais aussi

Le Tarangire c’est de superbes paysages, surtout dans la lumière du matin

 

Superbes paysages...

le vendredi, après un ultime safari matinal, direction Manyara,

Manyara

Qu'est ce que c'est ?

Manyara

où nous arrivons pour pique-niquer en compagnie des oiseaux. Bien qu’ayant pu observer certains animaux de très près,

des oiseaux en nombre...

Les voir de très près...

Communier avec la nature...

Attention où vous roulez...

Facile de se faire porter

nous serons quand même un peu déçus par le niveau trop bas du lac

Le niveau d'eau !!!

qui ne permettait pas une bonne approche de l’hippo pool et de toute sa faune, ainsi que de l’heure à laquelle nous avons visité le parc.

En effet, en début d’après-midi, aux heures les plus chaudes, les animaux restent cachés, dommage !

Là aussi, les lions nous bouderont…

Direction ensuite le cratère de Ngorongoro, afin de passer une nuit au Sopa Lodge et d’être d’attaque le lendemain pour LA VISITE.

Sopa Lodge

Sopa Lodge

Sopa Lodge

Sopa Lodge

Très beau lodge que le Sopa,

à 2400 m d’altitude au bord du cratère, où l’on peu admirer de superbes couchers de soleil depuis la terrasse ou bien depuis la véranda de sa chambre si on est plus frileux !

 

Coucher de soleil

La visite du cratère :

Il n’y a rien à dire, il faut regarder, ouvrir grand ses yeux, à la mesure de cette immensité, se laisser envahir par ses sentiments et regarder encore

Ngorongoro

Ngorongoro

et encore…

Ngorongoro

Ngorongoro

Ngorongoro

sans jamais,

La beauté du Ngorongoro

Oh non !!! ne jamais s’en lasser…

Mais il faudra aussi pique-niquer, dans ou sous la voiture comme les guides, pour éviter de se faire dévaliser par les oiseaux cette fois-ci.

Puis il faudra sortir du cratère, sans avoir vu de léopards, un des rares animaux qui restera absent de notre tableau de chasse photo.

La remontée du cratère nous laissera un sentiment un peu amer, car effectuée par une piste traversant toute une zone ravagée par un incendie 3 semaines avant notre passage. Ca sentait encore le brûlé ! Le guide nous a expliqué que les feux étaient assez fréquents en saison sèche, mais nous avons eu un gros doute en voyant que celui-ci était vraisemblablement parti d’une zone de pique-nique…

Plus tard, un autre guide nous a même parlé d’écobuage, un comble dans une zone comme celle-ci !

Sur le retour en direction de Manyara, petite pose pour acheter des souvenirs, car nous pressentons la suite du voyage plus aléatoire…

Soirée et nuit à E Unoto Retreat, lodge masaï au bord du Rift.

E Unoto Retreat, lodge masaï au bord du Rift

E Unoto Retreat, lodge masaï au bord du Rift

E Unoto Retreat, lodge masaï au bord du Rift

E Unoto Retreat, lodge masaï au bord du Rift

E Unoto Retreat, lodge masaï au bord du Rift

Nous aurons droit à un spectacle d’acrobates et de danses Masaï, le premier sera très plaisant à regarder, le second nous laissera plus dubitatifs et délestés de quelques dollars supplémentaires.

Spectacle très vivant...

Spectacle très vivant...

Spectacle très vivant...

Spectacle très vivant...

Dimanche 29 octobre : depuis Arusha,

Survol depuis Arusha

Survol depuis Arusha

Survol depuis Arusha

nous prenons un vol pour Le Selous, que nous pensions rejoindre directement, mais c’est finalement après une brève escale à Zanzibar

Zanzibar vu d'avion...
Zanzibar vu d'avion...
Zanzibar vu d'avion...
Zanzibar vu d'avion...
Zanzibar vu d'avion...

et une autre à Dar Es Salam, que nous arrivons à Mtemere Airstrip en fin d’après-midi.

Dar El Salaam

Selous Mtemere

Et là, changement d’ambiance…

Aérogare de Selous...

….par rapport au nord du pays, le guide qui nous prend en charge ne parle pas du tout français, son anglais est très approximatif et surtout incompréhensible, mais nous n’avons d’autre choix que de le suivre car l’avion qui nous a posé au milieu de cette brousse est déjà reparti.

L’homme en question nous emmène dans un campement où un responsable nous explique que les guides et cuisiniers qui doivent s’occuper de nous, nous attendaient en fait à Dar Es Salam et qu’ils vont faire la route pendant la nuit pour nous rejoindre.

Pour nous dépanner, il nous héberge pour la nuit dans 2 confortables tentes avec sanitaires en dur et nous allons diner dans le camp voisin.

 

WebAnalytics - AT Internet


Laisser une réponse

obligatoire

obligatoire

option