Home Blog Page 2

ATTA (Association Africaine du Tourisme et du Voyage)

La promotion du tourisme de tous les coins du monde et plus particulièrement du Kenya, de la Tanzanie ou de Zanzibar, pays qui nous intéressent ici se fait par l’intermédiaire des membres de l’ATTA

African Travel & Tourism Association

Site Internet complet en informations, mis à jour très régulière de part leurs pages, vous allez également en apprendre beaucoup. Vous y trouverez notamment des informations uniques, importantes sur le plan sécurité et ce peu importe la destination que vous souhaiterez parmi les 225 pays ou territoires répertoriés.

Le rôle primordial de cette association est de faire retomber le plus rapidement possible toutes les sources d’actualités en leur possession plus ou moins importantes à leurs membres. Cela peut aller du domaine médical, légal, médias sociaux, tourisme responsable et éco, gestion de crise et assurance, ressources humaines, etc…

Pour exemple, le 08/05/2018, 2 cas d’Ebola ont été confirmés dans la ville de Bikoro, en République démocratique du Congo (RDC), à l’ouest du pays. Les passagers en provenance de la RDC peuvent être soumis à un contrôle de santé dans les ports d’entrée en Tanzanie.

Découvrir les membres adhérents d’ATTA.

Héron goliath, tantale d’afrique, martin pêcheur pie, rolier

Lac Baringo ( qui n’est pas parc national )

Un hippopotame
Un hippopotame

La nuit les hippopotames sortent pour brouter autour des tentes (et pas en silence !!!).

L’un d’eux en 1991 à uriné sur l’arbuste près de ma tente. Il y avait « à boire et à manger » : l’arbuste était couvert d’une couche d’une sorte de « soupe » nauséabonde. Heureux qu’il n’ai pas fait sur la tente.

Comme à l’image, c’est ainsi qu’il marque son territoire.

Pour découvrir le début de ce récit, il vous suffit de cliquer ici


C’est envers un lodge en 2000 sur une des nombreuses îles de ce lac qu’a été ma préférence.

La faune observée hormis les hippos sont crocodiles, varans du nil et beaucoup d’oiseaux selon la saison : héron goliath, tantale d’afrique, spatule, aigle pêcheur, martin pêcheur pie, rolier, malachite…

Lac Bogoria

Des flamands roses
Des flamands roses

91 et 2OOO

En arrivant, quand on surplombe le lac il nous semble voir une fleur bleu et rose.

Des millions de flamands roses, des geysers.Un spectacle fabuleux, féérique quand des milliers de flamands s’envolent.

Colobe guéréza
Colobe guéréza

Lac Naivasha

1991

Des colobes guéréza qui sautent de branche en branche, une île ou l’on peut se balader parmi les ongulés.

Nuitée à Narok en 91.

 

Lac Nakuru

1991, petit hôtel en ville/ 2000 lodge au sein du parc.

Images rares de nos jours
Images rares de nos jours

Une superbe girafe
Une superbe girafe
Le parc bien qu’encerclé par la ville est un joyau à découvrir.

Attention ! pas de bruit !
Attention ! pas de bruit !

Un léopard qui baille sur une branche d’acacia, des rhinocéros blancs qui broutent, des girafes de Rothschild qui toisent des cobs de fassa ou encore un chacal à dos noir qui passe alors qu’un couple de zèbres copule. Telle est notre vision dans ces instants où plus loin, buffles s’ébattent dans la poussière et la boue sur fond de flamands roses…

Masaï Mara

Vastes étendues herbeuses, collines, des îlots de buissons et d’arbres entourés d’une mer mouvante et vivante, une marée de corps en mouvements faisant trembler le sol par vagues successives : des milliers de gnous, de zébres et de gazelles de thomson.

La migration se déroule devant nos yeux.

En pleine action,

Le long cou de la girafe
Le long cou de la girafe
 

En pleine action,
En pleine action,

Laissant les nuages de poussière soulevés par les galops derrière nous, au détour d’une piste un magnifique lion mâle honore une lionne sous les yeux d’une girafe masaï dont la forme de la tête est quelque peu bizarre. Vous ne trouvez pas, non ?

Scène attendrissante, nous croisons une troupe de girafes massaï ou deux mères font têter leur petits.

Une photo magnifique
Une photo magnifique

On n'en voit pas partout !
On n’en voit pas partout !
Au loin
Au loin

Les buffles broutent, un éléphant passe, des impalas mâles se combattent sous le regard d’un babouin jaune, nous essayons de suivre des renards à oreilles de chauve souris. Au bord de la rivière Mara, les hippos se prélassent dans l’eau, les crocodiles font leur bain de soleil, aux cotés des damalisques topis et de bubales de coke.

Les phacochères sur les coudes fouillent le sol et je donne des friandises à des singes vervet. Espiègles petits singes, alors que nous roulions dans la plaine nous passons le seul arbre en vue.

Au même moment, une personne au sein du véhicule nous propose des gâteaux en nous tendant

Petit déjeuner
Petit déjeuner

son paquet. En l’espace d’un éclair, un vervet descend de l’arbre, court après le van, attrape le paquet de gâteau et s’enfuit. Tout cela en quelques très « courtes » secondes sous notre stupéfaction suivit de nos éclats de rire.

Petit déjeuner avec des massaïs (91) on fait tuer une chèvre et déjeuner avec ces mêmes massaïs.

Amboseli

La savane
La savane

Après une étendue désolée, la savane commence et au loin, majestueux, trônele Kilimanjaro

Coiffé de blanc le volcan est omniprésent.

Des éléphants avec de grandes défenses dans les marais cotoient les buffles, hippos et même un redunca Bohor. Nous voyons un beau rhinocéros noir qui semble avoir un début de troisième corne sur le front, en arrière plan deux éléphants copient les lions et les hyènes.

Oh, un chacal qui file parmi les troupeaux d’ongulés. Oh !!! un serval qui trottine derrière les zébres, et oh ces tourbillons de poussières qui semblent avaler des animaux.
Puis encore des hyènes…

Une hyène
Une hyène

Quelques illustrations pour souvenirs
Quelques illustrations pour souvenirs
 

 

en train de regarder
en train de regarder

Touchante scène d’un petit éléphanteau qui tête sa mère, un serpentaire qui s’envole et nous qui enfin admirons un troupeau d’éléphants à l’ombre du Kilimanjaro.

Petite visite dans une magnata, un village massaï pour touriste. Visite dans un village « normal » échanges, fume ma gauldo, boit ce truc..

Lac Manyara ( 95 )

Un vol de cigognes survole l’hippo pool que nous venons de quitter. Nous pénétrons dans la forêt qui borde le lac et sur une branche cassée d’acacia un singe bleu (ou cercopithèque à diadème) nous observe intrigué.

Une girafe de couleur noire
Une girafe de couleur noire

Nous croisons une troupe de girafes masaï et surprise, un superbe mâle est pratiquement tout noir.

Nous remarquons qu’il s’agit du mâle dominant mais le plus surprenant c’est qu’après renseignements les gardes du parc ne l’avaient jamais observé ni même entendu parler ???

Découvrez la suite : Serengeti, Zanzibar

Samburu, Baringo, Bogoria, Navaisha

Trois années différentes : 1991 / 1995 / 2000

Trois pays : Kenya / Tanzanie / Zanzibar
Le tout mélangé en un cocktail de rêve

 

Moi, c'est Thierry !
Moi, c’est Thierry !

Suivez le guide : Thierry

Les photographies reproduites sur ce site sont la propriété exclusive de leurs auteurs.

La reproduction par n’importe quels moyens que ce soit sans l’accord de l’auteur est illicite !

Kenya & Tanzanie: Juillet 1991/1995 côté pile : camping -Juillet – Août 2000 côté face : lodges.

Nairobi, incontournable base de départ pour la découverte du pays. Camping près du mont Kenya, route pour la ville d’Isiolo, passage de la ligne d’équateur à Nanyuki.

Les réserves Samburu :

Le camp
Le camp

Magnifiques réserves comprenant collines rocailleuses dominant un paysage semi-aride ou nous avons observé de nombreux lions avec des jeunes, un léopard sur sa branche, des guépards par 4 fois (2 fois 2 guépards en 1991 et 2 fois 1 guépard en 2000)

sans oublier une chasse ratée sur des oryx (surprenant) ainsi que l’échec également d’une chasse envers des gazelles de Grant.

Pour notre plus grand plaisir, s’offrent à nos yeux émerveillés : gazelles girafe, zébres de Grévy, dik-dik de günther, oryx beissa, splendides girafes réticulées, pintades, vautour, autruches de Somalie…

Toutes ces espèces ne s’observent pas ou que très rarement dans les réserves plus au sud.

Notre appareil photo ne savait plus trop où donner de la tête car en plus de toutes ces espèces se mélangeait au décor éléphants, cobs à croissant, impalas, buffles, gazelles de grant, singes vervets, babouins Anubis…

Un léopard
Un léopard

En 1991 notre guide s’absenta (avec notre consentement) pour la nuit.

D’un coup, les babouins s’affolèrent. La raison en était fort simple:
Un léopard chassait.

Certains peu rassurés préfèrent sans tarder se réfugier dans leur tente. Aussi, dans le but de rassurer les angoissés, à deux nous décidâmes d’entretenir le feu.

Plus tard, une genette et son petit s’approchèrent. Aprés leur avoir donné quelques bouts de saucisson elles restèrent avec nous une partie de la nuit.

Une genette
Une genette

Une genette
Une genette

Ces dernières ne demandèrent pas leur reste lorsqu’un éléphant arriva à grands bruits du côté de notre campement. En pleine période de musth (surexitation sexuelle dû à un accroissement considérable de sécrétion de testostérone) et visible au suintement près de la base des oreilles, le plus gros animal terreste se mit à casser des arbres autour de notre bivouac.

Moments intenses, il faut bien savoir le reconnaître. Les filles se réfugièrent illico presto dans le véhicule. Quand à nous obliger d’alimenter le feu véritablement en abondance. Le fracassement impressionnant du bois cassé et des arbres que l’on brise ajoutés aux barrissements de cet énorme pachyderme dans l’obscurité faisait que l’ilôt de lumière semblait pour nous une réelle protection.

Une autre fois
Une autre fois

mais impressionnant
mais impressionnant

Les deux photos d’éléphants ci-dessus proviennent d’une autre journée et n’ont aucun rapport avec le texte ci-avant. Elles ne sont là que pour étayer ce récit mais cette autre journée, cette autre charge, quelle drôle d’histoire !!! enfin, continuons…

Quelle drôle de cocktail en ce lever du soleil : stupeur mélangé à l’émerveillement. Les chants d’oiseaux et dik-diks bondissant dans les herbes nous font découvrir les dégâts de la nuit sur la végétation.

Cette année-là également, en 1991, nous passons dans un village Samburu en plein moment d’une danse. Nous sommes conviés à y assister. Les hommes sautillent assez haut sans vraiment plier les genoux alors que les femmes chantent en faisant balancer leurs colliers colorés.

Pour information, le peuple Samburu est cousin de l’ethnie Massaï. Et que dire de la taille des hommes !!!

Des zèbres
Des zèbres

Un zèbre
Un zèbre

C’est en 2000 lors d’un autre safari que nous continuerons vers la réserve de Maralhal. Le long de la route conduisant à cette réserve, nous avons pu observer à volonté des renards à oreilles de chauve souris, élans du cap, oréotragues, autruches et plus surprenant encore des zébres de grévy en compagnie de zébres de plaine.

A cause de la sécheresse, nous découvrons aussi des centaines de carcasses de vaches, ânes, même dromadaires… A cette date, la pluie se fait attendre depuis plus de deux ans.

L’absence des hippopotames se fît remarquer également en cette année 2000 dûe à cette fameuse

Une sécheresse anormale !
Une sécheresse anormale !

sécheresse anormale et persistante.Ici se trouve habituellement une très grosse rivière.

et non pas le filet d’eau que nous distinguons sur le fond.

Réserve de Maralhal, peu de grands mammifères à première vue mais fort enrichissant pour ceux s’intéressant à l’ornithologie. Plusieurs variétés de calaos entres autres se sont retrouvés prisonniers de nos objectifs photos.

La suite si bien sûr vous souhaitez la découvrir !

Un moment unique !!!

 

La famille
La famille

Beau regard, n'est-ce pas ?
Beau regard, n’est-ce pas ?

Les regards se croisent entre la bête et l’humain. Qui découvre l’autre ?

Pour découvrir le début de ce récit, il vous suffit de cliquer ici

Aux dires de notre guide, nous avons assisté à un moment exceptionnel. La protection du territoire. Les lionnes, le lion se lancent dans une sorte de chant composé de rugissements destiné à écarter les indésirables désirant se joindre à ce groupe.

Comment ça ?

Il faut déjà partir car la
nuit va tomber très rapidement maintenant.

Vous êtes sur ???

Comme je haïs cette aiguille de montre qui dans l’avion me paraissait s’être arrêtée et qui maintenant… J 3

6h passé de quelques poignées de minutes et…

…en ce lever de soleil bien silencieux sur le Masaï Mara, il n’y a pas que l’espèce animale qui est à l’affût. Dans notre attente, nous sommes récompensés par le réveil de renards du désert parmi tant d’autres scènes plus tendres les unes que les autres.

Un moment unique
Un moment unique

Le souvenir qui sans doute restera gravé de ces heures matinales sera sans nul doute ce superbe troupeau d’éléphants.

Placé à l’identique comme la veille, les lionceaux accompagnés sont toujours là. Un mâle pourtant essayera de s’imposer en vain.

Un lion
Un lion

Des lionceaux
Des lionceaux

Vous l’avez déjà vu ou entendu en reportage mais avez-vous déjà par vous-même vu plus de 500 têtes de buffles ?

Partout autour de nous, les cornes sont là. Ces espèces imposantes ne supporte pas trop notre présence et de ce fait la séance photo s’en trouve réduite très rapidement.

Gnous, zèbres
Gnous, zèbres

Plus loin, gnous, zèbres… sont venus des 4 coins de la Tanzanie pour migrer au Kenya.Notre présence est parmi eux, en plein milieu de cette chevauchée. Combien en traversant la rivière ne reverront jamais l’autre rive ?

Le destin les guette, les piétine, les dévore mais le festin pour certains est là !!!

La loi de la nature !!!

La loi de la nature !
La loi de la nature !

Un appel de cibie et tout à coup, au détour d’un coin de savane 2 guépards se dressent devant nous. A en croire notre guide, le guépard se fait de plus en plus rare mais aussi plus discret.

A pied en longeant les bords de la rivière Mara, crocodiles, hippopotames se prêtent au jeu de l’objectif.

Un crocodile
Un crocodile

Un hippopotame
Un hippopotame

Au retour et de vraiment très près, des girafes, à seulement quelques mètres… des éléphants

Un éléphant
Un éléphant

mais également…

…la possibilité offerte de visualiser une chasse de lionnes.

Unique !!!

Un peu fatiguée, la vessie prête à exploser enfin soulagée, c’est sans regret que la farniente se poursuit l’après-midi autour de la piscine.

Autour de la piscine,
Autour de la piscine,

Quoiqu’à 2000m d’altitude, il fait un peu frais et la température de l’eau de ce jour nous est restée inconnue.

En soirée après les danses masaïs, une surprise de taille nous étaient réservée. Le personnel du lodge revenait de jeter quelque chose. Dire que deux minutes se sont écoulées depuis serait mentir.

Hyènes, chacals sont en train de se restaurer sans se soucier des alentours.

J 4

Chute touristique très attendue, (car l’Etat y voit son intérêt), « le Carnivore ». Restaurant, qui franchement entre nous, mais attention n’engage que moi ne me laissera vraiment pas un souvenir impérissable. Cette journée ne sera pas dure à se rappeler non plus car à part une terre rouge splendide visible tout au long de la route… et 700 km pour rejoindre Amboseli.

Amboseli Sopa Lodge nous voilà enfin… mais tellement crevé par la piste que tout le monde est au lit à 20h30.

J 5

En direction du parc d’Amboseli, je m’aperçois sans problème que le côté pile de la pièce est tourrnée. Nous sommes cette fois du côté face. Totalement et radicalement différent. Rien à voir avec le Masaï Mara. Ici, tout est vert, marécageux. Regardez, plongez vos yeux dans cette terre encore relativement vierge.

Les éléphants affluent littéralement de tous les horizons.

Les fauves ne font pas trop fureur ici. Gnous, phacochères, gazelles, zèbres… sans problèmes.

D'après vous ?
D’après vous ?

Des centaines voir plus d’espèces d’oiseaux volent dans le ciel. A propos, vous le reconnaissez ?Est-ce jour de chance ? Peut-être mais nombreux seront celles et ceux à ne pas rater la photo d’un guépard en train de festoyer.

Le Kilimandjaro
Le Kilimandjaro

De retour de safari, combien d’images peuvent vous traverser la tête lorsqu’en fin de journée, vous vous retrouvez en compagnie de masaïs et que vous voyez au loin le Kilimandjaro. Impossible à quiconque en cet instant de ne pas penser à ces neiges éternelles mais aussi et surtout à la folie destructive des hommes.

Sachons préserver Dame nature !!!

J 6

Le coeur gros, les heures filant à la vitesse de l’éclair, il nous faut quitter cette partie safari afin de penser à présent regarder devant.

Direction Mombasa
Direction Mombasa

Direction Mombasa.

Ce qui choque à Mombasa est cette perte de vue du Kenya. Je ne le reconnais plus, je ne le retrouve plus. Le décor est changé, les gens également…

On se croirait ailleurs.

Le Southern Palm Beach. Je repense à ces lodges que nous avions si intimes alors qu’ici…

…ici, c’est : piscines, fausses îles, chambres par centaines. Un véritable piège à touristes. La plage, quant à elle est de toute beauté et il faut bien le reconnaître, le personnel fort accueillant.

La suite de ce séjour se déroule tranquillement avec au programme : repos, farniente, détente sans oublier un point très important : la plongée.

Réserve marine de Wasini,
Réserve marine de Wasini,

Réserve marine de Wasini. Rappelez-vous ce nom et peut-être, y croiserez-vous comme nous des dauphins. Un moment idyllique. Je n’arrive toujours pas à me séparer de ce fond marin tout simplement magnifique avec ces coraux, ces poissons en tous genres et tout cela simplement grâce à un masque et un tuba.

Je vous invite également à découvrir sans retenue cette cuisine typique Kenyane avec sa salle à manger ouverte sur la mer. Attention aux oursins lorsque vous descendrez du petit canot afin de vous rendre sur l’île.

Quant à moi, tel un masaï sans caprin, je me tourne vers « l’Oldonyo Lengaï » et lui souffle ces quelques mots :

L'Oldonyo Lengai
L’Oldonyo Lengai

« Oh Dieu de la montagne, si tu m’entends, exauce-moi. Sache qu’en juillet 2006, je serai à nouveau là. Je t’en supplie, aide-moi dans ma démarche, trouve moi un stage et pourquoi pa

s un futur job. Fais en sorte que ces quelques mots qui s’inscrivent ici-bàs me portent chance.

Laisse-moi les aider, les assister, les soigner mais surtout, surtout, laisse-moi rêver. »

Lever de soleil sur le Masaï Mara

12 août, 12 août, 12 août…, à se demander si je n’étais pas malade ?

Quelques temps auparavant ce fameux 12 août, je ressemblais alors un peu à quelqu’un qui n’a qu’une seule idée en tête. Ne voulant pas la quitter, l’espérant, ô et si des fois…

…oui mais au fond peut-être que…

Les photographies reproduites sur ce site sont la propriété exclusive de leurs auteurs. La reproduction par n’importe quels moyens que ce soit sans l’accord de l’auteur est illicite !

…bon, faisons d’abord les présentations.

Photo souvenir
Photo souvenir

Aurélie, c’est moi.

Voici sûrement la photo souvenir type que chacun fera et sera fier un jour en revenant d’accrocher au mur afin de se souvenir, de se rappeler ces moments si intenses, si …

…sans oublier le moment du : Alors ? c’était comment ? raconte, dis-nous… ton premier jour…

Mon premier jour ? C’est une excitation totale qu’il faut contrôler pendant toute une journée sans bouger. Pourquoi ? fort simple, comment voulez-vous, partie aux aurores de Lyon direction Amsterdam puis Amsterdam Nairobi, pouvoir bouger assise dans un avion ?

Basilic
Basilic

Cabriole
Cabriole

En vol, je n’ai rien vue, j’ai pensée entres autres de temps en temps à mes bébés : Basilic et Cabriole. L’arrivée s’est faite de nuit à 21h45. Une journée entière à déduire de ce rêve qui se rapproche désormais à grands pas.

…Mais, commençons plutôt par le commencement.

J 2

Le matin, en grignotant mon petit déjeuner, je me souviens de m’être dit personnellement : « tu as de la chance. Tu es bien tombée. » Eh oui, j’avais une chance sur deux. Machoui, notre guide ainsi que mes 4 compagnons de voyage rencontrés la veille pour la première fois avaient l’air franchement sympa.

Le sérieux commençait :

C'est parti !!!
C’est parti !!!

Direction pour un baptême au volant d’un van de marque Nissan au sein du parc de Masaï Mara. Mais auparavant, un souvenir primaire me laisse un goût amer :

la traversée de Nairobi…… ou plutôt de certains quartiers qui ne le cachons pas me laisse sans voix.

C’est vrai que dans certains articles, j’avais compris qu’il y avait des endroits défavorisés ici, mais à ce point…

A la fois, un choc terrible mais également un déclic :

Actuellement en études d’infirmière mais à l’issue ? Ici plutôt qu’ailleurs ? après tout, qui vivra verra…

Laissez-moi partager avec vous cette simple photographie.

Vallée du Rift
Vallée du Rift

A elle seule, elle résume parfaitement notre regard ébloui en regardant dans la direction de la vallée du Rift !

La route ou plutôt les nids de poule plus nombreux en certains endroits sont laissés de côté et la piste nous tend ces bras. Au fur et à mesure de notre avancée, les scènes de cette contrée deviennent mais également demeurent plus surprenantes les unes que les autres pour nous.

Comment imaginer qu’à travers le monde, l’homme puisse à tel point déforester tout en sachant qu’une bonne partie finira sans même un regard au sein de nos poubelles.

Les enfants masaïs nous font de grands signes, le visage des femmes nous dévoile sans détour un sourire franc. Quant aux hommes, certains nous regardent pas franchement sympathiquement du coin de l’oeil.

Nos premières vues
Nos premières vues

Ca y est, nous y sommes. Le Kenya

tel que l’on peut le voir tous les jours dans les documentaires, à la télévision…

Je vous l’avoue : Emerveillée, comme si j’avais reçue mon premier jouet du Père Noël, les yeux voulant filer à l’horizon.

Au loin, nous apercevons nos premiers animaux : gazelles de Thompson, zèbres et même un couple de girafes.

Une gazelle
Une gazelle

Le Kenya

Des girafes
Des girafes

Oh !!!

Que c’est beau

Des zèbres
Des zèbres
Mara Sopa Lodge
Mara Sopa Lodge

Notre premier lodge : Mara Sopa Lodge

Le temps très court de déposer valises, d’y déjeuner ainsi que d’avoir la confirmation de l’amabilité des autochtones qu’il était déjà temps de repartir.

1er safari : Réserve de Masaï Mara

A la lecture de mes recherches, je m’étais imaginée une beauté s’étalant sur des centaines de kilomètres carrés avec des impalas (mes préférées), gazelles, zèbres, phacochères, vautours, marabouts, éléphants…

L'attroupement
L’attroupement

…mais surtout pas de caravane de touristes complet en un lieu d’attroupement et pour finir se resserer ainsi sur l’animal. Jugez plutôt par vous-même !!!

Il est évident que tous les touristes souhaitent au maximum être libres mais les guides sont reliés entre eux par cibie. Dès la moindre attraction, animaux comme humains se retrouvent en groupe.

Si vous souhaitez que je vous raconte la suite ou la chance d’un moment unique, il vous suffit de suivre ce lien.

Selous, assez sauvage et peu de touristes

Le lendemain, nous faisons donc connaissance de notre guide francophone Gidéon, Tom le chauffeur et Inno, la cuisinière, et nous partons en safari. Il faut dire que le Selous…

Notre logement en dur...
Notre logement en dur…

Tom et Gideon
Tom et Gideon
Cliquez sur ce lien pour vous retrouver au début de ce récit de voyage

 

Les photographies reproduites sur ce site sont la propriété exclusive de leurs auteurs. La reproduction par n’importe quels moyens que ce soit sans l’accord de l’auteur est illicite !

Le Selous, c’est spécial, c’est beau, c’est sauvage, il y a la rivière, très peu de touristes, beaucoup d’animaux.

Que du bonheur pour cette première journée…

L'éléphant
L’éléphant

Nous avons eu la chance de voir un couple de lions en pleine copulation, ce qui n’est pas difficile à trouver quand on sait que pendant 4 à 5 jours ils font ça tout les quarts d’heure environ pour être sûrs de reproduire l’espèce.

La reproduction de l'espèce
La reproduction de l’espèce

Par contre ce moment a été très bref, compte tenu du manque d’expérience lié à l’âge de ce jeune mâle.

Après une première journée bien remplie, dîner et toilette rapide à la lueur des lampes tempête, puis nous nous endormons sur fond de grognements d’hippopotames, très nombreux dans le fleuve en contrebas.

L'Afrique...
L’Afrique…

Tout au long de la nuit,
Tout au long de la nuit,

Mais l’Afrique nous réserve bien des surprises, et là-haut dans le Nord du pays où nous avions prévu un hébergement en lodge au cas où il pleuve, c’est dans le Sud que nous prenons notre première très très grosse averse.

Hakuna Matata
Hakuna Matata

A 4 heures du matin, nous sommes réveillés par des fuites à l’intérieur des tentes et au lever du jour, nous constatons les dégats, les lits mouillés et de grosses flaques, plus ou moins profondes selon le sol.Explication des guides : ils ont montés nos tentes trop vite et ils ont « peut-être » oubliés certaines parties importantes.

Mais « hakuna matata », pas de problème ! nous redéménageons au premier campement avec les belles tentes protégées, et nous partons quand même en safari, bien que le temps soit incertain.

D'autres sortes d'animaux sont visibles désormais...
D’autres sortes d’animaux sont visibles désormais…

Le paysage a changé, il y a de nombreuses mares et autres flaques d’eaux supplémentaires, ce qui nous permet de voir d’autres animaux et en plus grand nombre.

Hélas, la chance n’est toujours pas avec nous, et dès le premier bourbier sur la piste nous restons plantés une heure. Par la suite n’osant plus prendre de risques, nous resterons sur la piste principale, ce qui limitera forcément notre recherche des animaux.

Pour les mêmes raisons, nous annulerons la balade à pied avec les rangers, mais nous maintiendrons celle en bateau sur le fleuve.

Quelques frayeurs, avouons-le simplement !
Quelques frayeurs, avouons-le simplement !

Enfin, quand je dis bateau, je devrais plutôt dire barque ! Et face aux hippos, on se sent tout petit, nous avons eu de sacrées montées d’adrénaline !

Nous avons pu également observer quantités d’oiseaux, de crocos

et autres reptiles.

Et bien que nous ayons beaucoup apprécié la faune et la flore de cette réserve, il nous fallait aller voir plus loin, sur l’île de Mafia, pour la troisième et dernière partie de notre voyage.

C’était sans compter sur les capacités d’organisation de l’agence M…

Souvenirs de bateaux
Souvenirs de bateaux

Ils ont dû négocier avec le pilote du Cessna pour que nous puissions monter à bord car ils avaient oubliés nos billets !!!

Heureusement que tout le monde était très sympathique et pas stressé, ce qui a bien arrangé les choses.

Nous avons donc atterri à Mafia en fin de journée, sur une île sans goudron, avec un rythme de vie similaire à celui du Selous, cool, pas chronométré comme dans le nord du pays.

Sur la plage,
Sur la plage,

De très beaux paysages,
De très beaux paysages,

Pour moi qui aime la nature sauvage, c’est un vrai paradis, peu de touristes, des paysages préservés, des fonds marins exceptionnels, visibles avec un simple masque et un tuba.

Lors d’une balade en bateau, nous avons eu droit à un barbecue sur la plage, mais ce n’était pas le produit de notre pêche puisque presque toute l’île est au milieu d’une réserve marine.

La visite de l’île de Chole,

Mimiques d'enfants,
Mimiques d’enfants,

de l’autre côté de la baie du même nom, nous a enchanté, par son calme, sa simplicité, les mimiques des enfants demandant à se faire prendre en photo pour le seul plaisir de se voir ensuite sur l’écran de l’appareil.

Ici, la main tendue n’existe pas.

Cette île servait jadis de relais aux marchands d’esclaves, mais la nature a repris ses droits depuis et englouti la plupart des anciennes constructions faites de sables de corail et de terre, excellent engrais pour les arbres.

De la nature et des arbres,
De la nature et des arbres,
Fabrication artisanale,
Fabrication artisanale,

Sur cette île également, on fabrique encore artisanalement des cordes de fibres de coco, des dhows (boutres), sans électricité, avec des outils rudimentaires et avec l’aide du temps qui s’écoule plus lentement qu’ailleurs, du moins c’est l’impression qu’on a ressentie.

Mais il faudra bien repartir, avec cette dernière image plutôt insolite de chauve-souris en plein soleil, moi qui croyait que ces bêtes là ne vivaient que dans des cavernes sombres et humides !

Des chauves-souris
Des chauves-souris

en plein vol
en plein vol

Décollage de Mafia

Décollage de Mafia
Décollage de Mafia

Décollage de Mafia
Décollage de Mafia

Retour donc à Dar Es Salam,

où notre réceptif local pour le Selous, nous reprend en charge pour une dernière visite de la ville, le marché aux poissons bien sûr, les beaux quartiers d’Oyster Bay, les mariages du samedi au bord de l’océan les pieds dans l’eau , un must paraît-il et un dernier repas dans le meilleur restaurant de plein air de la ville.

Peu de photos réussies pour illustrer ces derniers instants, nous n’étions pas très à l’aise pour sortir l’appareil et nous fondre dans la foule.

Bon allez, une petite dernière …

La famille MB vous salue bien...
La famille MB vous salue bien…

Si vous désirez également nous raconter votre récit de voyage ou carnet de route et n’avez pas de site web, aucun problème, Kenya-Tanzanie.com est là pour vous y aider

Mot de bienvenue

0

 

Pour information, le site Kenya-Tanzanie.com est tenu par un particulier et non par un professionnel. Celui-ci a vu le jour en 2004… ça passe, n’est-ce pas ? et que de chemin parcouru… !

Le nouveau, actuellement devant vous peut comporter peut-être quelques fautes d’orthographe, voir un lien cassé ? Dans ce cas, contactez-moi pour que je puisse rectifier.

Page d'ouverture du site en 2004
Page d’ouverture du site en 2004

La page d’accueil de notre site à l’époque qui se trouve encore de nos jours sur Internet, (dans la partie archives);

Point de vue graphique, c’était vraiment pas terrible, d’accord avec vous…

09/01/2005
09/01/2005

Mais d’abord, pourquoi Kenya-Tanzanie.com ? Pour tout savoir, cliquez dans l’image ci-contre =>

ou bien encore découvrez une partie de ce récit de voyage (lien à venir) !

Dès le début, beaucoup d’internautes sont passés sur nos pages. Les chiffres par la suite, je vous l’accorde donnent carrément le vertige !

Loin de moi l’idée de vouloir mettre en valeur ces quelques chiffres. Je saisis juste l’occasion qui m’est donnée pour recentrer les choses.

Aujourd’hui en 2018, je souhaite surtout et encore remercier comme il se doit tous les médias ou journaux de l’époque qui nous on aidés tels que Géo Magazine, Africatime, France 5, etc…

Vous faire une simple idée ? le 18/03/2005 nous avions déjà, soit un an après ouverture plus d’un million de visiteurs…

1 254 237 pour être très précis…

Visiteurs et forum
Visiteurs et forum

Kenya-Tanzanie.com avait à l’époque un forum comprenant des membres très actifs… j’y pense encore et remercie bien sûr ceux qui me reviennent en tête : Dpmario, kouisac, Mawumba, Vava, Jambodany, Freefox, Didier, Chantal, etc… sans oublier tous les autres membres qui participaient de près comme de loin.

Kenya-Tanzanie.com a depuis longtemps, il est vrai gagné ses lettres de noblesse dans son domaine de compétences…

Geomagazine
Geomagazine

 

Les dernières news

0

Bonjour à toutes et tous,

Kenya-Tanzanie.com, le retour ? Tout savoir…

Concours de dessin

Ce concours est destiné aux enfants jusque 15 ans. Les explications figurent ci-dessous :

En fait, c’est fort simple. Sur le thème du Kenya, de la Tanzanie ou de Zanzibar, réalise un joli dessin sur une feuille de format A4 (21 x 29,7).

N’oublie pas d’écrire dedans les mots suivants : Kenya-Tanzanie.com 

Tu trouveras après tous ces dessins un formulaire à remplir te permettant de nous faire parvenir ton chef d’oeuvre.

————————————

Astuce : Une fois que tu as choisis un dessin, clique dessus, il va s’ouvrir en grand. Il te plaît vraiment ?

Alors ???

Une fois en grand, clique sur le côté droit de ta souris et fais soit :

  • Enregistrer l’image sous… pour la mettre sur ton ordinateur
  • Choisir l’image comme fond d’écran…

Génial, non ????

————————————

Les plus malins ont déjà deviné. Si ton dessin arrive premier, il sera placé à l’entrée de notre site en place d’honneur. Les visiteurs du monde entier pourront le voir.

Alors, tente ta chance pour la place d’honneur !!!

 

Demande de l’aide à tes parents pour envoyer ce formulaire,
ce sera plus cool pour toi, ok ?

 

     

    Autorisation parentale

    Pourquoi avons-nous besoin de votre email, votre autorisation ? Qu'allons-nous en faire ? La loi RGPD du 28/05/2018 oblige tout site internet à informer l'internaute sur ces droits de façon claire, sans aucune ambiguïté. Vous avez un droit de retrait, de transfert voir d'oubli de vos données.

    Ces demandes de confirmations ci-dessous sont faites dans le but d'avoir votre accord et recueillir votre consentement.

    Le dessin qu'il/elle souhaite nous soumettre :
    le fichier envoyé doit être en format .jpg

    Vous confirmez que :

    mais aussi et surtout nous dire :



     

    Niveau : Spécialiste !

    0

    7 différences à trouver !